Le désir de servir.


27 janvier 2020

La pensée de service doit rester attachée à notre foi, à notre vie chrétienne.

La conversion à Dieu s’accompagne du Saint désir de se mettre au service de Dieu. Bien des textes l’affirment :

« Si quelqu’un aspire à … »

1 Timothée 3 :1

Toute en recommandant : « N’aspirez pas à ce qui est élevé… » (Romains 12 :16) au sens de ne pas aspirer à devenir « quelqu’un », mais l’aspiration à servir Dieu doit rester celle de « servir les autres » selon et avec les différents dons que nous avons reçus.

C’est le Seigneur qui appelle et établit dans un service, mais à chacun il est dit « d’aspirer à » servir Dieu. Tout en assumant votre vie quotidienne dans vos études, votre activité… qu’il y ait en vous un débordement d’aspiration pour Dieu et son service.

Ainsi vous ne resterez pas « oisifs », mais vous trouverez toujours l’opportunité de servir d’une manière ou d’une autre, comme d’étudier sa Parole ou de passer du temps dans la prière.

L’aspiration vers une chose nous fait prendre des initiatives, et, tout en restant sensible à la direction du Seigneur, nous fait aller de l’avant pour Christ.

Dans la Parabole des talents (Matthieu 25/24-30) Jésus montre, en trois expressions, ce qui peut entraver ce bon désir de servir Dieu : « Serviteur méchant et paresseux… Serviteur inutile »

Tirons quelques leçons de ces mots.

Méchant ! En quoi cet homme l’a-t-il été ? Il a fait du tort à son maître en ne faisant pas fructifier le bien confié, en le critiquant et le jugeant dur et sévère, ce qui, dit-il, a suscité en lui une peur qui l’aurait empêché d’agir ! Il est vrai que là où on juge négativement les autres, le cœur n’est pas empressé de faire le bien.

Paresseux ! En quel sens l’est-il ? Pour le maître, en ce qu’il a été incapable de prendre une décision pour agir. Et, ce mot définit tout d’abord quelqu’un ‘d’indécis », d’où cette crainte de se tromper qui empêche de prendre des décisions, ou d’être lent et hésitant dans sa prise de décision.

Il caractérise le « timide » et le « craintif ». On retrouve ce mot en Romains 12-11 « Ayez du zèle, et non de la paresse » ; Actes 9 :38 : « Sans tarder », Pierre « n’hésite » pas, mais prend une prompte résolution d’aller chez Corneille.

Inutile ! L’hésitation jointe à une mauvaise disposition de cœur, finit par nous conduire à ne rien faire pour l’œuvre du Seigneur. Voilà ce qui entrave souvent notre engagement dans le service de Dieu. La simplicité de la volonté de Dieu révélée est souvent entravée par la complexité de nos pensées nous empêchant d’agir.

A l’inverse, frère et sœur, revêtons nos cœurs de bonnes dispositions pour l’œuvre du Seigneur, et de bienveillance à l’égard des autres ; revêtons notre âme de bonne volonté et promptitude à agir, et nous ne resterons pas indécis quant à ce que nous devons faire, mais la grâce de Dieu nous inspirera des œuvres utiles et belles pour la gloire de Dieu.

Aspirez, de tout votre cœur, à servir Christ le Seigneur, et pour cela remplissez votre cœur de zèle et de bienveillance envers les autres.

Pasteur Philippe BAK