"Ils se partagèrent ses vêtements"


08 novembre 2019

« Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort »

ce fait est l’accomplissement de la parole prophétique du Psaume22/19.

C’était un principe acquis pour les soldats ayant à accomplir cette rude besogne de la crucifixion, les vêtements des condamnés leur revenaient de droit.

Ils ont rassemblé les divers éléments des vêtements de Jésus : on pense, entre autres, à son manteau, sa ceinture, ses sandales, son châle de prière et sa tunique sans couture en particulier.

L’évangéliste Jean précise :

«  Ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas. Et ils dirent entre eux, ne la déchirons pas… »

Jean 19 :23-24

Dans l’usage romain, les crucifiés étaient entièrement nus, mais les Juifs avaient sur ce point des exigences sévères, le crucifié avait droit, selon eux, à une certaine décence.

Néanmoins, Jésus est exposé à l’humiliation du regard des autres.

Le partage terminé, les soldats s’assirent pour faire la garde auprès de ce condamné si différent des autres.

Il va de soi que les évangiles décrivent ces faits pour démontrer, en détail, l’accomplissement des prophéties concernant Jésus-Christ, sa personne et son œuvre.

Les soldats eux, ne savent rien de ces prophéties, ils sont là accomplissant un acte courant de leur service, se partager les vêtements d’un condamnés.

Ceci témoigne :

  • -  De la vérité de la prophétie ( Psaumes 22 :19)
  • - De ce que celui qui est ainsi crucifié, Jésus, l’est selon une prophétie exacte, en lui s’accomplit ce qui a été écrit. Il est vraiment Celui dont parle le psaume 22, le Messie souffrant.

Quatre parts et une tunique :

La tunique: trop précieuse pour entrer dans l’un des quatre lots, était le vêtement du dessus, la robe revêtant le Seigneur. La partager, c’était la déchirer et lui enlever toute valeur.

On a comparé cette « tunique sans couture » à la vie parfaite de Jésus, sainte, pure, sans défaut…unique et exceptionnelle par sa qualité.

Comme sa tunique sans couture, la vie de Jésus a été d’une seule pièce, toute une vie consacrée au seul dessein bienveillant de Dieu, son Père, le don de sa vie parfaite en sacrifice pour le salut de tous ceux qui croient.

C’est avec Exode 28/31,35 qu’on en découvre la signification : c’est le vêtement du Souverain Sacrificateur – Jésus est «  notre Grand Souverain Sacrificateur » Hébreux 8 :1-2

Quant aux quatre parts des autres vêtements de Jésus, on y a vue une préfiguration des quatre Evangiles, certes livrés au « sort » ou à l’appréciation des lecteurs, mais chaque part révélant quelque chose du Seigneur et de son œuvre : Le Fils de l’homme (Luc), le Fils de Dieu (Jean), le Serviteur (Marc) et le Roi (Matthieu).

Ainsi nous avons quatre parts, quatre évangiles, et,  cependant, la vie de Jésus, sa personne et son œuvre, sont unies, uniques, sans couture.

A chacun de nous d’en découvrir l’unité.

Oui, Dieu a remis en nos mains l’Evangile pour que nous découvrions son Fils, Jésus Christ, qui est parfait pour l’éternité.

Philippe BAK